arbres

Les 48 carnets qui constituent les 4 cycles du voyage intérieur forment une compréhension de l’être en relation à lui-même et au monde qui l’entoure. Les carnets du voyage intérieur sont le fruit de mes explorations existentielles aussi bien par ma pratique professionnelle que par mon expérience personnelle.

J’ai souhaité que ce vaste ensemble de propos sur soi, l’autre, la société, le temps et la liberté compose une synthèse multidimensionnelle favorisant le cheminement individuel. Ils doivent donc répondre aux questionnements de toute personne en démarche d’évolution existentielle.

Dénués de coquetterie, ces carnets sont largement illustrés d’exemples concrets. Ils exposent des réflexions claires sur les buts, les moyens et les enjeux de l’activité existentielle ainsi que sur les chances et les risques de la réalité subjective.

En se réfléchissant par son propre discernement, les 48 carnets du voyage intérieur permettent à chacun d’accéder à son propre fonctionnement mental. Leur compréhension engage à observer les émotions et à regarder les sentiments, les croyances et les représentations ainsi que les comportements, les motivations et la nature de ses relations.

Les exercices d’observation et de questionnement existentiels (E.O.Q.E) de chaque carnet proposent un voyage à l’intérieur de soi. Ils portent sur la conjonction des fonctions émotionnelles et symboliques qui constituent chaque être humain. Ces fonctions psychiques se répondent et se développent en actions concrètes d’observations et de mise en pratique. La pratique des E.O.Q.E permet ainsi d’approfondir la connaissance du moi (la conscience) et suscite des réflexions sur soi (profondeur de l’être). Leur élaboration a donc été pensée pour atteindre un accord de congruence et favoriser l’unicité de l’individuation.

De nombreuses méditations (tous les tes textes décalés) viennent étayer chaque carnet de voyage pour favoriser l’intégration :

je perçois à quel point l’intuition, l’empathie, la congruence, le discernement et la bienveillance constituent les aptitudes fondamentales dont je peux disposer pour comprendre les lieux de ma conscience où se jouent mon présent et mon passé

En formant le fil conducteur d’une progression individuelle, la pratique des E.O.Q.E. est essentiellement orientée par l’intention, l’expérience, la personnalité et la définition du sens que la personne attribue à son existence et à son évolution. Réaliser en soi-même sa compréhension des carnets de voyage est alors une introspection vigilante portée par la responsabilité existentielle :

je suis l’observateur de mes pensées

je suis le chemin de mon questionnement existentiel

La démarche de discernement et d’interprétation des perceptions essayée par les E.O.Q.E. demande de s’engager volontairement et de s’impliquer consciemment pour changer quelque-chose de sa vie :

à chaque instant de mon existence, j’ai la possibilité de changer une chose de ma vie, si je change cette chose je suis libéré de cette chose ou de l’une de ses parties

mon désir de devenir l’être entier (original) qui dort en moi devient possible

La volonté d’une révolution existentielle demande de se dévoiler à soi-même et au monde. Ce processus de changement peut nécessiter le soutien d’un entourage bienveillant ou l’appui d’une relation d’aide susceptible de comprendre (symboliser) tous les éléments qui émergent de tout voyage intérieur. Il est indispensable pour tous ceux qui entament ce voyage de savoir reconnaître les effets subtils d’une démarche de changement, de considérer les comportements produits d’une évolution existentielle et d’être conscient des bouleversements possibles de la vie quotidienne :

l’observation et le questionnement constituent les outils de ma maturation existentielle

Afin d’accéder à un réel changement et trouver une nouvelle inspiration, les prises de notes assidues au cours du voyage intérieur favorisent la progression en raison de la volatilité mnésique :

lorsque mon monde intérieur s’éclaire, j’observe, note et interprète les multiples facettes de mon vécu pour en découvrir le sens et ne pas faire indéfiniment les mêmes gestes existentiels

Il est nécessaire de construire le cadre du voyage intérieur en désignant l’espace et le temps de sa réalisation. Il s’agit particulièrement de définir le lieu dans lequel il est possible de centrer sa conscience :

comment ?

pour s’accorder à sa responsabilité :

étant donné que mon existence m’appartient, j’accepte l’entière responsabilité de mes pensées et de mes actions

Et aussi :

où est-ce que je suis, où est-ce que je vis, où est-ce que j'existe

La prise de recul est la condition essentielle pour réaliser le voyage intérieur de façon sereine et libre de toute injonction. La suspension des trépidations de la vie courante et la mise à distance des stimulations quotidiennes assure l’effet d’une réflexion paisible et prudente qui éveille le discernement :

chacune de mes observations de responsabilité et chacun de mes questionnements existentiels déposent une empreinte inspirée ayant une fonction bienveillante par le lien de conscience qu’ils créent

Les enjeux et les objectifs de chacun déterminent l’efficacité des E.O.Q.E. qui constituent une guidance, ils ne peuvent remplir une fonction thérapeutique.