L'existence est faite de changements permanents :

rien n'est permanent, à l'exception du changement

Les transformations constantes liées au principe des cycles de l'existence demandent à chacun de s'adapter à chaque instant à un nouvel état émotionnel.

Étant accordé à lui-même avant la transformation de son environnement, l'individu fait ou ne fait pas le choix de s'adapter à une situation, qu’elle soit souhaitée ou imposée. Son adaptation découle de sa volonté d’un changement et l’acceptation de nouvelles représentations :

qu'est-ce qui peut s'adapter en moi devant ce qui m’arrive en fonction de ma personnalité ?

Parmi les possibilités qui s'offrent à sa conscience (négociation, fuite, lutte, acceptation), qu'elles soient comportementales ou mentales, il envisage la meilleure solution possible (réaction impulsive ou réflexion méditative). Il est alors question pour lui de modifier quelque chose de sa façon de percevoir les choses sans toutefois remettre en cause son individualité. Sa réponse formera ainsi une stratégie d'adaptation favorisant la satisfaction de ses besoins fondamentaux (survie) ou de ses désirs (bien-être).

La stratégie d’adaptation répondra donc aux charges émotionnelles (peur = fuite, tristesse = chute, colère = lutte, joie = acceptation) relevant du besoin d'appartenance :

« je m'adapte pour être conforme »

du besoin de réalisation :

« aider les autres me donne l'impression d'exister plus »

du besoin de sécurité :

« le masque social protège ma sensibilité affective »

du besoin de reconnaissance (narcissisation) :

« j'ai une Rolex et un Solex pour restaurer mon estime »

du besoin de communiquer :

« je me documente pour avoir de la discussion »

du besoin d'apprendre :

« je fais des bêtises pour qu'on me montre comment faire correctement »